3 JUN 2021

Grigory Sokolov
piano

La beauté expressive et l’honnêteté irrésistible de l’art de Grigory Sokolov reposent sur la nature unique et non reproductible de la musique du moment présent. Les interprétations poétiques du pianiste russe, qui prennent vie avec une intensité mystique, découlent d’une connaissance approfondie des œuvres de son vaste répertoire. Ses programmes de récitals couvrent tout, des transcriptions de polyphonie sacrée médiévale et des œuvres de clavier par Byrd, Couperin, Rameau, Froberger à la musique de Bach, Beethoven, Schubert, Schumann, Chopin, Brahms et des compositions marquantes du XXe siècle par Prokofiev, Ravel, Scriabin, Rachmaninoff, Schoenberg et Stravinsky. Il est largement reconnu parmi les passionnés de piano comme l’un des plus grands pianistes d’aujourd’hui, un artiste universellement admiré pour sa perspicacité visionnaire, sa spontanéité envoûtante et son dévouement sans compromis à la musique.

Grigory Sokolov est né à Leningrad (aujourd’hui Saint-Pétersbourg) le 18 avril 1950. Il a commencé à jouer du piano à l’âge de cinq ans et, deux ans plus tard, il a commencé à étudier avec Liya Zelikhman à l’École spéciale centrale du Conservatoire de Leningrad. Il reçut ensuite des leçons de Moisey Khalfin au Conservatoire de Leningrad et donna son premier récital à Leningrad en 1962. Sokolov, prodigieux talent, a été reconnu en 1966 quand, à l’âge de 16 ans, il est devenu le plus jeune musicien à recevoir la médaille d’or au Concours international de piano Tchaïkovski à Moscou. Emil Gilels, président du jury du Concours Tchaïkovski, a ensuite défendu le travail de Sokolov.

Alors que Grigory Sokolov a entrepris de grandes tournées de concert aux États-Unis et au Japon dans les années 1970, son art a évolué et atteint sa maturité loin des projecteurs internationaux. Ses enregistrements en direct de l’époque soviétique ont acquis un statut quasi mythique en Occident, preuve d’un artiste à la fois entièrement individuel, comme aucun autre, pourtant nourri par la richesse de la tradition pianistique russe. Après l’effondrement de l’Union soviétique, Sokolov a commencé à apparaître dans les principales salles de concert et festivals d’Europe. Il a beaucoup joué comme soliste avec des orchestres du plus haut calibre, travaillant entre autres avec le New York Philharmonic, le Royal Concertgebouw Orchestra Amsterdam, la Philharmonia London, le Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks et le Munich Philharmonic, avant de décider de se concentrer exclusivement sur les récitals en solo. Sokolov donne environ 70 concerts chaque saison, se plongeant pleinement dans un seul programme et parcourant l’Europe de long en large.

Contrairement à de nombreux pianistes, Sokolov s’intéresse de près au mécanisme et au réglage des instruments qu’il joue. Il passe des heures à explorer leurs caractéristiques physiques, à consulter et à collaborer avec des techniciens du piano pour atteindre ses exigences idéales. « Il faut des heures pour comprendre le piano, parce que chacun a sa propre personnalité et que nous jouons ensemble », explique-t-il. Le partenariat entre l’artiste et l’instrument est d’une importance capitale pour le flux des idées musicales de Sokolov. Épargnant l’utilisation de la pédale de soutien, il évoque tout, des nuances tonales et texturales les plus subtiles aux contrastes sonores les plus audacieux grâce à l’éclat de son doigté. Les critiques attirent régulièrement l’attention sur sa capacité à articuler des voix individuelles dans une texture polyphonique complexe et à projeter des lignes mélodiques transparentes.

L’artiste charismatique qu’est Grigory Sokolov a le pouvoir de cultiver la concentration nécessaire pour que le public puisse contempler même les compositions les plus familières à la lumière de perspectives fraîches. En récital, il attire les auditeurs dans une relation étroite avec la musique, transcendant la superficie des choses et la mise en scène pour révéler une signification spirituelle plus profonde. L’art de Sokolov repose sur les fondements solides de sa personnalité unique et de sa vision individuelle.

En 2014, il a signé un contrat exclusif avec Deutsche Grammophon et un premier album est sorti en janvier 2015, un récital sensationnel enregistré en concert au Festival de Salzbourg 2008. Le contenu du double CD reflète l’ampleur et la profondeur de son répertoire, comprenant deux sonates de Mozart, les 24 Préludes op. 28 de Chopin et des pièces de J.S. Bach, Chopin, Rameau et Scriabin. L’album du récital de Salzbourg de Sokolov a été suivi en janvier 2016 par la sortie d’un deuxième set de deux disques avec des œuvres de Schubert et Beethoven : les Quatre Impromptus D 899 et les trois Klavierstücke D 946 de Schubert, enregistrés en concert à la Philharmonie de Varsovie en 2013, et la Sonate pour piano n° 29 de Beethoven, « Hammerklavier », enregistrée en concert au Festival de Salzbourg 2013. Le troisième album de Sokolov, sorti en mars 2017, présente son choix personnel de deux concertos en concert : le Concerto pour piano en la majeur KV 488 de Mozart et le Concerto pour piano n° 3 de Rachmaninov, le premier enregistré à la Semaine Mozart de Salzbourg en 2005, le second aux BBC Proms en 1995. Ces enregistrements d’archives historiques seront publiés avec le DVD du film documentaire de Nadia Zhdanova : A Conversation That Never Was, un portrait révélateur de Sokolov basé sur des entretiens avec les amis et collègues du pianiste et illustré avec des images inédites d’archives privées.

Crédits photographiques :
Grigory Sokolov © Vico Chamla

Abonnez-vous
à notre newsletter