VOYAGE ORIENTAL

VE 21 OCT 2022

19 h 45 – 21 h 45
Salle de musique / avenue Léopold-Robert 27, La Chaux-de-Fonds

Concerto de’ Cavalieri

Marcello Di Lisa direction et clavecin

Fatma Said soprano

 

Concerto de’ Cavalieri
Marcello Di Lisa, direction
Fatma Said, soprano

VIOLONS
Paolo Perrone
Antonio De Secondi
Gabriele Pro
Katarzyna Solecka
Gabriele Politi
Giancarlo Ceccacci

ALTO
Ettore Belli

VIOLONCELLE
Luca Peverin

BASSON
Maria De Martini

CONTREBASSE
Luca Cola

CLAVECIN
Marco Silvi

VOYAGE ORIENTAL

Voyage oriental a été conçu comme un voyage artistique et musical vécu par la soprano égyptienne Fatma Said, explorant et révélant les grandes figures de l’Égypte hellénistique : Cléopâtre, bien sûr, avant tout autre – dont le nom seul évoque une glorieuse tradition millénaire – mais aussi Bérénice, Didon et Ptolémée et, plus généralement, des personnages significatifs liés aux cultures moyen-orientales de différentes époques, comme Armida et Pharnace.

Le résultat est un kaléidoscope de valeurs et de sentiments orientaux vus à travers la sensibilité de compositeurs européens pertinents du début du XVIIIe siècle, et exprimés par certains des airs d’opéra les plus passionnés et les plus célèbres de l’âge baroque, comme l’émouvante mélodie de Cléopâtre “Piangerò la sorte mia” de Giulio Cesare de Haendel, l’immortelle complainte de Didon “When I am laid” de Henry Purcell, ou les tumultueux airs “Da quel ferro” et “Tra le procelle assorto” de Farnace de Vivaldi et Cleopatra e Cesare de Graun.

En guise de contrepoint suggestif, le programme est enrichi de deux joyaux musicaux tirés du répertoire arabo-méditerranéen moderne et contemporain que Fatma Said interprète avec tant de charme et dont elle est assurément l’interprète idéale: “Ayadoum lana bostan al zahri” (Le fleuve coulera-t-il pour toujours ?), une chanson du compositeur égyptien Sherif Mohie El Din, et “Aatini al naya wa ghanni” (Donne-moi la flûte et chante), une chanson arabe de Najib Hankash, basée sur un poème du poète libanais Khalil Gibran.

Enfin, ces pièces vocales sont toutes entrecoupées de manière cohérente de sinfonias baroques tirées d’opéras à sujet égyptien ou oriental (Tolomeo re d’Egitto, Giulio Cesare, Berenice regina d’Egitto, La Verità in cimento et Armida al campo d’Egitto), qui illustrent superbement l’essence de l’ouverture d’opéra baroque, en exprimant à la fois ses principales caractéristiques : magnifiques introductions, virtuosité du contrepoint et énergie tempétueuse.   

Antonio Vivaldi
Sinfonia de “Armida al campo d’Egitto”
Allegro – Adagio – Allegro

Carl Heinrich Graun
Tra le procelle, air de Cléopâtre de “Cleopatra e Cesare”

Georg Friedrich Händel
Sinfonia de “Berenice regina d’Egitto”
Adagio – Allegro – Andante larghetto – Giga

Sherif Mohie El Din
Ayadoum Lana bostan al Zahri (Le fleuve coulera-t-il pour toujours ?), Egyptian song

Georg Friedrich Händel
Sinfonia de “Giulio Cesare”
Adagio – Allegro

Georg Friedrich Händel
Piangerò, Cleopatra’s aria de Giulio Cesare

Najib Hankash
Aatini Al Naya Wa Ghanni (Donne-moi la flûte et chante), chant arabe
(basé sur un poème libanais de Khalil Gibran)

Antonio Vivaldi
Concerto pour cordes en ré majeur RV 121
Allegro molto – Grave – Presto

Georg Friedrich Händel
Sinfonia de “Tolomeo re d’Egitto”
Adagio – Allegro

Henry Purcell
“When I am laid”, Dido’s lament from “Dido and Aeneas”

Antonio Vivaldi
Sinfonia de “La Verità in cimento”
Allegro molto – Andante – Presto

Antonio Vivaldi
“Da quel ferro”, Berenice’s aria de “Farnace”

ENDOR

VE 28 OCT 2022

19 h 45 – 21 h 45
Salle de musique / avenue Léopold-Robert 27, La Chaux-de-Fonds

Anna Prohaska soprano

Nicolas Altstaedt violoncelle

Francesco Corti claviers

Anna Prohaska, soprano
Nicolas Altstaedt, violoncelle
Francesco Corti, claviers

En plus de leurs instruments de prédilection, les trois interprètes jouent sur divers instruments de percussion, flûte de lotus, ainsi qu’avec leurs propres voix. Lumières, maquillage et costume dans la dernière œuvre (Sister Death), Endor se révèle être un véritable spectacle.

ENDOR

La soprano Anna Prohaska, le violoncelliste Nicolas Altstaedt et le claveciniste Francesco Corti sont aussi à l’aise dans la musique de l’époque baroque que dans la musique contemporaine.

Pour le Musikfest Berlin, ils ont élaboré ensemble un programme qui explore les thèmes de la confusion du langage, de la solitude, du désespoir et de la mort. Franz Tunder, organiste principal de l’église principale de Lübeck, la Marienkirche, a mis en musique avec perspicacité le chant de psaume “An Wasserflüssen Babylon”, dont le texte rappelle les expériences douloureuses du peuple d’Israël pendant l’exil babylonien. Dans son oratorio “Saül”, Georg Friedrich Händel dépeint le conflit dramatique entre David et Saül et donne la parole à la “sorcière d’Endor”, transmise par la Bible. La dernière composition de Wolfgang Rihm, “Gebet der Hexe von Endor” (Prière de la sorcière d’Endor), créée il y a quelques mois à Berlin, se situe dans le même contexte. Le concert comprend également deux chansons du compositeur anglais John Tavener sur des vers de la poétesse russe Anna Akhmatova, dont l’œuvre tardive a été fortement influencée par les horreurs de l’ère stalinienne, ainsi que des œuvres instrumentales expressives pour violoncelle et clavecin. Le concert se termine par une autre œuvre créée récemment à Berlin: “Sister Death” de Jörg Widmann, une scène de l’opéra “Babylon”, qui explore les limites et la confusion du langage.

John Tavener (1944 – 2013)
Dante, de Akhmatova Songs (1993)
pour soprano et violoncelle

Franz Tunder (1614 – 1667)
An Wasserflüssen Babylon (1645)
pour soprano, violoncelle et orgue

Vincenzo Bonizzi (died 1630)
“Pis ne me peux venir” (1626)
Passeggiata pour violoncelle et clavecin

Georg Friedrich Händel (1685 – 1759)
Vo’ far guerra, from: Rinaldo, 2nd act HWV 57 (1711)
pour soprano, violoncelle et clavecin

Georg Friedrich Händel (1685 – 1759)
Author of Peace, from Saül, 2nd act HWV 53 (1738)
pour soprano, violoncelle et clavecin

Joseph-Nicolas Scythes-Pancrace Royer (1703 – 1755)
Marche des Scythes, du Premier livre des pièces de clavecin (1746)
pour clavecin

Alexander Cherepnin (1899 – 1977)
Tartar Dance, de Songs and Dances (1953)
pour violoncelle et piano

Luciano Berio (1925 – 2003)
Abbagnata, Ninna Nanna, Ladata, de Naturale (1985)
pour violoncelle, celesta et bande

Wolfgang Rihm (*1952)
Gebet der Hexe von Endor
à partir de la pièce Saül by Botho Strauß
Cantate pour soprano et violoncelle
(Composition commandée par le Berliner Festspiele / Musikfest Berlin)

John Tavener
Smert (Tod), from Akhmatova Songs (1993)
pour soprano et violoncelle

Georg Friedrich Händel
Infernal Spirits, from Saül, 3rd act, 2nd scene HWV 53 (1738)
pour soprano, violoncelle et orgue

Marin Marais (1656 – 1728)
Le Tourbillon de la Suite d’Un Goût Étranger (1717)
pour violoncelle et clavecin

Georg Friedrich Händel
Credete al Mio Dolore, de Alcina, 3e act, 1e scene HWV 34 (1735)
pour soprano, violoncelle et clavecin

Heinrich Scheidemann (1596 – 1663)
Pavana Lachrymae en ré mineur WV 106
pour clavecin

Jörg Widmann (*1973)
Sister Death   15′
underworld scene from Babylon
(adapté pour soprano, violoncelle et instruments à claviers)
Text de Peter Sloterdij

LUDWIG VAN B.

DI 4 DEC 2022

17 h – 19 h 30
Salle de musique / avenue Léopold-Robert 27, La Chaux-de-Fonds

Nicolas Altstaedt violoncelle

Alexander Lonquich piano

Alexander Lonquich, piano
Nicolas Altstaedt, violoncelle

LUDWIG VAN B.

Intégrale des Sonates pour violoncelle et piano de Beethoven

EROS, THANATOS AND THE SUN

MA 14 FEV 2023

19 h 45 – 21 h 45
Salle de musique / avenue Léopold-Robert 27, La Chaux-de-Fonds

Ariane Haering

Pascal Auberson

Gaspard Glaus

trois pianos, keyboard, sampler et voix

Ariane Haering
Pascal Auberson
Gaspard Glaus

EROS, THANATOS AND THE SUN

Eros, Thanatos and the Sun est un clin d’oeil à la vie, à l’amour, à la mort.

Développement suit…

LE SACRE DU PRINTEMPS

SA 11 MARS 2023

19 h 45 – 21 h 45
Salle de musique / avenue Léopold-Robert 27, La Chaux-de-Fonds

Lucas & Arthur Jussen, pianos

LE SACRE DU PRINTEMPS

Wolfgang Amadeus Mozart
Sonate pour deux pianos en ré
majeur KV 448

Franz Schubert
Lebensstürme op. 144, D 947 pour piano à quatre mains

Maurice Ravel
La Valse

Igor Stravinski
le Sacre du Printemps, pour deux pianos

HOMMAGE A AURÈLE NICOLET

VE 12 MAI 2023

19 h 45 – 21 h 45
Salle de musique / avenue Léopold-Robert 27, La Chaux-de-Fonds

Emmanuel Pahud, flûte

Kolja Blacher, violon

Jennifer Stumm, alto

Jens Peter Maintz, violoncelle

Christine Schomsheim, clavecin

Emmanuel Pahud, flûte
Kolja Blacher, violon
Jennifer Stumm, alto
Jens Peter Maintz, violoncelle
Christine Schomsheim, clavecin

HOMMAGE À AURÈLE NICOLET

Emmanuel Pahud est indissociable de l’amitié en musique, celle qui l’unit à ses quatre collègues, mais aussi à celui qui fut son professeur, Aurèle Nicolet, dont la curiosité sans fin s’exprime à travers le programme du concert, de Bach à Boulez, de Mozart à Widmann.

Jean-Sébastien Bach
Sonate en trio extraite de l’Offrande musicale en ut mineur pour flûte, violon et continuo BWV 1079, dite Sonata sopr’il soggeto Reale a traversa, violino e continuo

Pierre Boulez
Mémoriale pour flûte solo

Jean-Sébastien Bach
Suite anglaise n° 2 en la mineur BWV 807

Joseph Haydn
Trio n° 1 pour flûte, violon et violoncelle en ut majeur Hob. IV : 1, dit Trio de Londres

Ludwig Van Beethoven
Trio à cordes n° 3 en sol majeur op. 9 n° 1 

Jörg Widmann
Petite Suite pour flûte (option avec violoncelle et gong) (2016)

Wolfgang Amadeus Mozart
Quartet pour flûte et trio à cordes en ré majeur KV 285 

GRIGORY SOKOLOV

VE 2 JUIN 2023

19 h 45 – 22 h
Salle de musique / avenue Léopold-Robert 27, La Chaux-de-Fonds

Grigory Sokolov
piano

La jeune pianiste Alexandra Dovgan, 14 ans au moment de son récital Perspectives Musiques le 15 juin 2021, et l’immense Grigory Sokolov devaient initialement se produire durant la même saison 2020/21. Près de six décennies les séparent, un talent inouï et une profonde admiration les réunit.

Programme à venir

MAIS ENCORE !

DI 13 NOV 2022

17 h – 18 h 30
Salle Faller / avenue Léopold-Robert 34, La Chaux-de-Fonds

Marc Pantillon, piano

Ce concert traduit notre volonté d’organiser des événements dans d’autres salles que la Salle de musique.

Sur scène le pianiste Marc Pantillon dans un programme dédié principalement à Beethoven et Brahms, avec pour toile de fond, le très beau disque Brahms paru en 2005 chez Claves et réédité récemment dans une version augmentée, avec les Ballades op.10, les Intermezzi op. 117 et les Klavierstücke op. 118 et 119.

Détail suit.